1920 LA PRESSE SALUE LA CAVALCADE



BRACIEUX – La Cavalcade du 21 mars

La Cavalcade de Bracieux a eu un retentissement considérable. Favorisée par une belle journée de printemps, la Fête a eu un succès au-dessus de tout ce qu’on espérait. 





Chaque groupe avait confectionné son char. Chacun en son genre atteignait presque à la perfection.
On ne pouvait faire mieux. Le char du Charlatan, celui du Pâtissier et de Bacchus excitaient un rire fou.
Celui de la Madelon, des Poilus, de la Victoire inspiraient un enthousiasme patriotique. Le char de Sa Majesté la Reine, accompagnée de ses demoiselles d’honneur, excitait l’admiration, ainsi que le char des gentils bébés, renfermés dans un nid de mousse et de fleurs. N’avait-on pas trouvé le moyen de symboliser la crise des transports par une petite locomotive lançant des torrents de fumée, suivie de son tender et de wagons. Un mécanicien avait ingénieusement fabriqué un avion volant sur roue sans crainte des pannes. François Ier revenant de la chasse accompagné de sa cour, marchait en tête, précédé de hérauts d’armes et de trompettes et suivi du char de la chasse et de piqueurs. Musique, tambours, clairons, trompettes résonnaient tour à tour.

Le cortège parcourut les rues principales de la ville, partout acclamé, partout suivi d’une foule nombreuse et enthousiaste. Des figurants à pied, des cyclistes aux roues étincelantes parées de fleurs, de charmants quêteurs et gracieuses quêteuses, tout contribuait à donner à cette charmante fête un éclat sans pareil. Le soir, devant la mairie, M. Lavollée, le dévoué maire, en présence du cortège et d’une foule nombreuse prononça un discours qui fut longuement applaudi.

Source Presse (?)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire