1917 - L'ECHO DE BRACIEUX N°47 et 48






Le journal des Braciliens à destination de leurs poilus.



 


N° 47                                                                                                                            Dimanche 4 février 1917

L'Echo de Bracieux
________

               "A bout de ressources, obligée de terminer promptement la guerre, l'Allemagne voudrait frapper de nouveaux coups, de nature à terroriser les neutres aussi bien que les belligérants. C'est le secret de cette guerre sous-marine, dont elle nous menace à grand fracas le redoublement.
Le public se demande : combien l'Allemagne possède-t- elle donc de sous-marins ? Quelle puissance ont ces navires capables d'effectuer des raids aussi longs ? Ne serait-ce pas par suite de complaisances coupables qu'ils peuvent accomplir ces longues randonnées, ces crimes répétés ?
 Il est assez difficile de dire combien l'Allemagne possède de sous-marins : on en est réduit aux conjonctures; il en existait une quarantaine en 1914, et l'Amirauté en accuse 250 aujourd'hui. Chiffre manifestement exagéré.
 Même si l'Allemagne depuis le 2 août 1914, avait réussi à construire 25 sous-marins, il faudrait déduire du total ceux qu'elle à perdu, (nombre dont les Amirautés alliés n'autorisent pas la publication, mais qui est, à l'heure actuelle, un nombre à trois chiffres.
Nos sous marins poseurs de mines doivent bloquer dans leurs repaires les sous-marins pirates de l'Allemagne ! la fin de la piraterie sous-marine est à ce prix. C'est au nid même qu'il faut frapper le coup décisif, au nid de Wilhemlshafen, de Zeebrugge, de Pola et de Cattaro, les quatre grandes bases sous- marines de l'Allemagne."

(Lecture pour tous)
________
Malade

M. Marcel Houalé, congestion pulmonaire, en traitement à l'hôpital de St Dizier
________
Permissions

MM.      Léon Parpet, 7 jours; Roger Legoût, 7 jours; René Lenay, 7 jours; Emile et Germain Girault, 7 jours; Veyrière, 7 jours; Leloup Rayé, 7 jours; Emile Callault, 7 jours; Jules Beauchet, 13 jours, Chéry, 7 jours; Georges Legoût, 7 jours; Charles Ledard, 7 jours; Renard, 7 jours; Gustave Bounioux, 7 jours.
________

Le mercredi 24 janvier, à 9 heurs du matin, avait lieu à Bracieux, le conseil de révision de la classe 1918. Sur 120 jeunes gens qui se sont présentés, 108 ont été admis.
De Bracieux, Alexandre Bigot et Raymond Galinand ont été ajournés.
________

Aujourd'hui a eu lieu la quête en faveur des militaires tuberculeux. Elle a produit dans la commune la somme de 91 f 45 
Les soldats prisonniers E. Dupuis, Victor Fizel, Georges Bridier et Blanchard, auxquels nous avions envoyé des colis, ont donné de leurs nouvelles
________
Etat civil

Naissance : 26 janvier            Jourdain Octavie Louise 
Publication de mariage: M. Devos Jules Léon, sous –lieutenant de réserve et Mlle Raymonde Jardel
________




N° 48                                                                                                                            Dimanche 18 février 1917

L'Echo de Bracieux
________

Toute la France debout

Quelle page inouïe que celle qui s'écrit depuis trente mois ! Mais dans ce drame quelle admirable figure que celle de la France ! Depuis la fin de juillet 1914, nous avons traversé plusieurs phases, dont chacune eut ses angoisses. De toutes, la France est sortie plus grande aux yeux du monde.
A force de prodiges, elle regagne le temps perdu. Elle improvise des usines de guerre, elle fabrique des armes qui rendent possible l'épopée de Verdun et les immortels combats de l'Yser et de la Somme.Ce n'est que le commencement de l'effort. Elle fait plus encore à l'heure présente, sentant bien que c'est l'heure décisive d'où dépend tout l'avenir. Elle a pris la pleine conscience de la situation et des devoirs qu'elle nous impose.L'heure n'est plus aux discours, mais à l'action. Que le pays entier, suscitant toutes les initiatives, s'organise en un vaste Comité de salut public : voilà ce qu'ordonne la conscience nationale. Après la nation armée, c'est la nation non armée qui prend part à la bataille. Dans cette lutte suprême, tout se tient, tout s'enchaîne : il faut à tous l'effort de chacun.Effort surhumain, il est vrai. Mais la France sait que de deux combattants meurtris, sanglants, épuisés, celui-là aura tout gagné qui sera resté debout un quart d'heure de plus. 
Elle veut être celui-là.
F. Buisson
________

M. Rayé Billault, versé dans les auxiliaires est gardien de Boches à Mont
________
Citation à l'ordre de la Division
Le sergent Bouniou Gustave, du 20ème Bataillon de chasseurs à pied.
Jeune sous-officier qui a gagné tous ses galons par sa belle conduite au feu. Blessé trois fois, le 8 7bre 1914 à Mailly, le 3 et 17 juin au Cabaret rouge.
2ème Citation (à l'ordre de la Brigade)
Sous-officier courageux; le 21 août 1916 a assuré la défense à la grenade de la tranchée ennemie qu'il avait enlevé avec sa section, organisant plusieurs barrages successifs pour limiter l'avance de la contre-attaque ennemie
________
Citation à l'ordre de la Division
De Sausset Michou Albert de Bauzy
Très bon sapeur; s'est porté sur l'objectif assigné, dans l'attaque du 24 octobre, avec le plus bel entrain et a travaillé sans relâche à l'organisation du terrain conquis malgré un violent bombardement.
---------------------------
M. Mrs. Gauthier Tasson, de Bauzy et Garnier Navarre sont partis pour Salonique
________
Permissions

MM.      F. Louis, 7 jours; André Tereau, 7 jours; Chabrol, 7 jours; G. de Bournonville, 7 jours; Jules Laveau, 20 jours; Perly, 7 jours; Schaal, 7 jours; Henri Beauchet, 7 jours; André Jardel, 7 jours; Houalé, 7 jours; Guignard, 7 jours; Picard, 7 jours; Marcel Dubois, 7 jours; Henri Lorjou, 7 jours; René baron, 7 jours; Emile Bertrand, 7 jours; Léon Parpet, 7 jours; Julien, 7 jours; henri Léguyard, 7 jours.
----------------------------------

Commentaires

ARTICLES LES PLUS LUS