L'ECHO DE BRACIEUX N°58 A 61






 Le journal destiné à maintenir le lien avec les poilus braciliens












N° 58                                                                                                                            Dimanche 16 7bre 1917


L'Echo de Bracieux
________
Citation à l'ordre du Régiment
Maurice Eiolé. Excellent caporal, très courageux et très dévoué. Toujours volontaire pour les missions périlleuses. Le 25 mai 1917, au cours d'un bombardement intense, rencontrant un camarade blessé, lui a donné les premiers soins et a assuré l'arrivé des secours, faisant montre du plus beau courage.
               La présente citation comporte l'attribution de la croix de guerre.
________
Mort au champ d'honneur
               M. James Chanteloup, 17 avril 1917
________
Blessés
               M.M.     Léon Guenon, grièvement blessé à l'œil et aux bras
                                            Lumier, du Verger, amputé d'une jambe
________
Sont partis ou vont partir pour Salonique
M.M. Gabriel Beignet, Fernand Louis, René Lenay Marcel Hainault
________
M. Renard est mobilisé comme boulanger chez Mme Faisant
________
Permissions
M. M.    Raoul Charanton, 7 jours; Alexandre Bonneau, 7 jours; Raymond  Bonneau, 7 jours; Henri Fauconnier, 7 jours; Georges André, 4 jours; Gagnaire ,7 jours; Léon Lorjou, 7 jours; Albert Chesnay, 7 jours; Berlu, 20 jours; M. Callault, 7 jours; Ludovic Aubineau, 7 jours; Marcel Desaintloup, 7 jours; Fernand Guion, 7 jours; Jules Yvon, 7 jours; Henri Berthon, 9 jours; Armand Perceval, 7 jours; Marcel Himbert, 7 jours; Raymond Chesneau, 7 jours; Godeau,  jours; André Eiolé, 7 jours; Denis, 7 jours; Henri Lorjou, 1 mois de convalescence après blessure à la jambe .
-------------------------
 M. Célestin Godillon, amputé des deux jambes, décoré de la médaille militaire et de la croix de guerre, est en convalescence chez sa belle-sœur. Apprend le métier de cordonnier.
----------------------
Renvoyés dans leurs foyers
M. M. Jules Beauchet et Henri Beignet de la classe 1890
---------------------
Etat civil
Naissances
6 juillet  André Jeanne, fille de André Georges et de Terreau Germaine
16 juillet               Bertrand Eugénie, fille de Marie Bertrand
--------------------
Le journal ne paraitra pas régulièrement pendant les mois d'août et de septembre.





N° 59                                                                                                                            Dimanche 7 octobre 1917


L'Echo de Bracieux
________
Citations
A l'ordre du Régiment
Du soldat de 1ère classe Bigot Paul, pour sa belle attitude au feu pendant les combats des 16 et 18 avril 1917. Gloire à ce jeune soldat victorieux des durs combats du mois d'avril. Que le souvenir de son courage et de son ardeur soir consacrés !
A l'ordre de la Division
               Caporal Henri Berthon, a fait preuve du plus grand courage et du plus grand dévouement. Est resté toute une nuit dans une position avancée avec un petit groupe d'hommes pour assurer la garde de son officier et de ses camarades blessés. A énergiquement maintenu sa section à son poste sous un violent bombardement. (Cette citation comporte l'attribution de la croix de guerre).

M. Lucien Delthil, lieutenant au 216ème Régiment d'artillerie
               "Au front depuis le début de la guerre. Excellent commandant de batterie, remarquablement calme et courageux. A obtenu pendant l'attaque du 20 août 1917 un excellent rendement de sa batterie portée à une position avancée."
________
Blessés
               M.M.     Jamet, d'un éclat d'obus près du poumon.
                              Jules  Laveau, à la cuisse par une grenade.
                              René Lenay, blessé accidentellement à la main
________
Permissions
               M.M.     Maurice Eiolé, Armand Lonqueu, Léon Devos,Bernard Doireau, Fernand Louis, Mousset, Samuel Gâteclou, Marcel Veyrières, Valentin Garnier, Fénique, Edmond Fiévet, Emile Callault, René Lenay, Houalé, Arthur Hardy, Albert Delage, Berthault, Roger Beignet, Thénot, Maurice Lenay, Nouveau, Léon Parpet, Schaal, Jamet, Marcel Chalumeau, René Beignet, René Frémion.
________
Etat civil

Naissances
               29 juillet               Reuilly Marcel Lucien, fil de G. Reuilly
et de Angéline Régnier
               22 août                Fernande Forence, fille de Eugène Fernande
et de Marguerite Garnier
               31 août               Berthon Henri Jean, fils de Henri Berthon
et de Gabrielle Perceval
Publication de mariage
               Silvain Louis Chausset, maréchal ferrant à Bracieux et Juliette David couturière à Courmemin
________
Mariage
15 7bre  Gervais Marin François, cultivateur à Neuvy, et Clémentine Juliette Boursin, couturière à Bracieux
________
Décès,
               28 juillet               M. Joseph Caget, 67 ans
               29 id                     Mme Gasnier Françoise, 77 ans
               1er 7bre                M. Charles Ribouleau, 70 ans
3 7bre                   Mlle Silvine Angélique Lorjou, 58 ans


________




N° 60                                                                                                                            Dimanche 21 octobre 1917

L'Echo de Bracieux
________
Citation à l'ordre du régiment
Du sergent Jules Danger, du 369èmr Régt d'Inf.
               Très bon sous officier. Au front depuis le début de la campagne. Une fois blessé.
________
Promotion
M. René Marquet, sergent- fourrier
________
Malades
M.M.     André Thénot, atteint de rhumatismes, est soigné à l'hôpital de Joigny.
                              Gabriel Beignet, atteint de fièvres paludéennes est en traitement à l'hôpital de Salonique.
________
M.M. Roger Legoût et Gibierge sont partis pour Salonique
________
               M. Marais est mobilisé dans une usine de munitions à Paris
________
Permissions
               M.M. Henri Beauchet, 10 jours; Charles Ledard, 13 jours; Ernest Ledard, 10 jours; Maurice Massicard, 10 jours; Mousset, 3 jours; René Baron, 10 jours; Jules Danger, 12 jours; Leloup, 7 jours; Beauchery, 7 jours; Marais, 7 jours; Thénot 20 jours; Gallinand, 20 jours; Ernest Léguyard, 10 jours; René Marquet, 10 jours; Raymond Guion, 10 jours; Roger Descois, René Billault, Benneton, garde d'Herbault, Armand Lonqueu; Chabrol, 20 jours; et 3 supplémentaire pour sa bravoure en posant des mines sous les tranchées ennemies.
________
Des réfugiés de la région de Douai sont arrivés à Bracieux le dimanche 16 7bre
---------------------
Sont en sursis
M.M. Bounioux, comme cultivateur et Leblevec, mobilisé à Vernou.
---------------------
Etat civil

Décès
1er 8bre  Emile Mousset, 52 ans, décèdé à Blois
------------------

La bataille de Verdun
Racontée par un poilu
               Depuis plusieurs jours, la pluie qui tombe continuellement retarde notre départ.
               Enfin le 17 août, on nous annonce que nous montons le soir même en réserve. Le 19, nous partons pour monter en ligne et attaquer le lendemain. La relève est pénible par suite du bombardement pendant lequel les Boches emploient beaucoup de gaz asphyxiants; enfin nous arrivons en ligne quand même, il est 3 heures du matin. Là, on nous dit que l'attaque est à 4 h 40; nous sommes fatigués par cette longue et pénible marche; nous commençons par des marches dans les parois de la tranchée pour pouvoir sortir plus facilement. Je monte faire une brèche dans les fils de fer qui, pour ne pas attirer l'attention de l'ennemi n'ont pas été coupés pas l'artillerie.
               4 h 40, d'un seul coup et dans un élan magnifique, nous nous élançons en avant pendant que l'artillerie fauche tout devant nous.
(A suivre)

---------------------





N° 61                                                                                                                            Dimanche 11 novembre 1917

L'Echo de Bracieux
________
Citation à l'ordre de l'artillerie divisionnaire
Le maréchal des logis Chesnay Albert
               Sous officier agent de liaison, courageux et dévoué; le 15 août 1917 a montré le plus complet mépris du danger en assurant malgré la violence du bombardement ennemi, la permanence de la liaison téléphonique du groupe et de l'observatoire avancé, et permettant ainsi l'exécution d'un tir important en vue de l'attaque.

Citation à l'ordre du Régiment
               Le soldat Delasalle Raoul s'est signalé par son courage et son entrain pendant les combats d'octobre (Somme) et ceux d'avril 1917. Blessé au cours de la campagne.
________
Blessé                   M. Paul Bigot, à la tête et au bras
________
Promotion           M. Edouard Mousset, promu caporal
________
M.M. Fénique, Maurice Lenay et Godillon sont partis en Italie
________
M. Raymond Loury, disparu depuis le 8 septembre, a donné de ses nouvelles. Il est prisonnier et interné à Darmstadt
________
Permissions
M.M. Ernest Ledard, 10 jours; Raoul Lenfant, 10 jours; Roger Pilboue, 7 jours; Henri Léguyard, 10 jours; Alex et Raymond Bonneau, 10 jours; Armand Perceval, 10 jours; Albert Chesnay, 10 jours; A. Boursin, 10 jours; Emile Boursin, 20 jours; A. Guillaume, 10 jours; A. Fizel, 4 jours; Maurice Eiolé, 10 jours; J. Yvon, 10 jours; M. Callault, 10 jours; Poulain, 23 jours; H. et L. Lorjou, 10 jours; M. et S. Bouton, 10 jours; S. Berlu, 10 jours; Charles Ledard, 23 jours; A. Jamet et J. Jamet, 10 jours; L. Canard, 10 jours; P. Loiseau, 23 jours.
________
Etat civil

Décès
30 8bre                Mme Gervaise Elise, Vve Durand, 67 ans
4 9bre                   M. Tiret, 48 ans, juge de paix, décédé subitement dan sa famille à Monthou sur Cher
7 9bre                   Mme Marie Silvine Emerance Guenon, Vve Girault,83 ans

Publication de mariage
Paul Auguste Tortrat, pâtissier à Paris
Et Mme Marie Augusta Breton, à Paris
________
La bataille de Verdun (suite)

               Beaucoup de mes camarades se sont trouvés dans le même cas et malheureusement, tous n'ont pas mal tiré, ceux qui agissaient d'une telle façon payaient leur lâcheté.
               Nous sommes resté cinq jours sur les positions conquises et malgré les contre attaques, nous n'avons pas cédé un seul pouce de terrain, au contraire nous avons même progressé. Ces cinq jours étaient durs, les bombardements étant de plus en plus violents et occasionnant des pertes.
               La relève aussi fut dure, nous avons été marmités continuellement, et lorsque nous sommes sortis de la zone dangereuse, là, nous avons respiré un peu.
               Le travail de l'artillerie a été merveilleux, tout a été bouleversé.
               Le moral de tous était excellent; il y a longtemps que j'avais vu pareille chose; nos officiers aussi ont été superbes, et malheureusement, beaucoup y ont été de leur vie.
________

Commentaires

ARTICLES LES PLUS LUS